La Ville se lance dans l’éco-pâturage

Dans un objectif de développement durable et de gestion éco-responsable des espaces verts, la Ville d’Ezanville souhaite substituer l’entretien mécanique de certains de ses terrains par de l’éco-pâturage.
L’éco-pâturage ou l’éco-pastoralisme est une activité ancestrale qui avait été abandonnée au profit des techniques mécaniques et phytosanitaires. Il s’agit de mettre à paître des animaux herbivores pour entretenir et conserver des espaces naturels en état.
Ce mode d’entretien possède de nombreux avantages parmi lesquels la réduction des coûts d’entretien (on estime que l’éco-pâturage revient de 25 à 30% moins cher qu’une tonte motorisée), la réduction du bilan carbone de la Ville, l’absence de nuisances sonores, la création d’espaces de vie paisibles mais encore et surtout la préservation de la biodiversité.
La présence de ces “tondeuses naturelles” permet en effet le développement d’une flore diversifiée, propice à l’épanouissement d’insectes tels que les papillons. C’est toute la chaîne alimentaire qui bénéficie de cette diversité (amphibiens, oiseaux, mammifères terrestres...).
La gestion pastorale est par ailleurs l’occasion de sensibiliser facilement et efficacement les enfants ainsi que les adultes à l’importance de respecter et de protéger l’environnement, et de connaître les animaux par leur approche.
Des moutons tondeurs à l’«aise en ville »
L’animal herbivore qui a été sélectionné pour entretenir un des espaces verts de la Ville est l’ovin. Les moutons, un bélier, deux brebis et deux agneaux sont arrivés le 1er avril autour du complexe de la Prairie. Au nombre de cinq, ils assureront l’entretien naturel des abords du bassin, difficiles d’accès pour les agents de la Ville. Le mouton d'Ouessant est une race idéale pour l’éco-pâturage grâce à sa rusticité et son faible poids. C’est également une espèce ancienne rare en voie de disparition, son intérêt dans la production de viande, de laine ou de lait de brebis étant moindre. Son utilisation par le biais de l’éco-pastoralisme la revalorise et permet sa sauvegarde.
Les 5 moutons sont issus de la première exploitation d’élevage en France en ethnologie et en préservation de races domestiques patrimoniales, EcoTerra, située en région parisienne. Son créateur Alain Divo, est le fondateur de l’éco-pâturage. Après avoir déposé ses bêtes à Ezanville, il continuera d’effectuer un suivi sanitaire du troupeau et interviendra en cas d’incidents. Il reviendra les récupérer à la fin de la saison, au mois de novembre.
De son côté, après avoir construit les clôtures nécessaires ainsi que l’abreuvoir et l’abri, la Ville s’est engagée à effectuer l’approvisionnement quotidien en eau, à assurer une visite quotidienne d’observation des animaux, et à informer le prestataire en cas d’incident ou de signes de faiblesse constatés sur les moutons.
Afin de ne pas mettre la santé des animaux en danger il est demandé au public de ne pas leur donner de nourriture et de ne pas laisser les chiens en liberté à proximité du parc pour ne pas provoquer de mouvement de panique.La protection des moutons sera assurée par une caméra de vidéo-surveillance 24h/24 en plus des visites quotidiennes des agents de la Ville.
Si l’essai s’avère concluant, la Ville envisage de développer l’éco-pâturage sur d’autres terrains de la Commune.